La réserve naturelle : Le Platier d’Oye

A la découverte du Platier d’Oye

IMG_7702

FICHE TECHNIQUE !tourisme_platier-1

  • Accès : Entre Calais et Gravelines, sortie d’autoroute Oye-Plage / Audruicq
  • Caractéristiques : Réserve naturelle nationale depuis 1987
  • Faune et Flore :

Flore : 361 espèces dont 86 d’intérêt patrimonial ; 6 espèces ont une protection nationale (l’Obione pédonculée, la Violette de Curtis…), 12 ont une protection régionale (le Panicaut maritime, l’Orobranche pourpre)

Mammifères : 20 espèces dont 3 marins (Phoque veau marin…)

Oiseaux : 230 espèces dont 85 d’intérêt patrimonial, 90 espèces nicheuses dont 9 inscrites à la Directive Oiseaux (Sterne caugek, Avocette élégante, Mouette mélanocéphale, Busard des roseaux…)

Amphibiens : le Crapaud calamite, le Crapaud commun, la Grenouille rousse, la Grenouille verte, le Triton palmé et le Triton ponctué

  • Superficie : 391 hectares
  • Réglementation : Interdiction : 2 roues, cueillette, feu, chiens dans les zones de baignade et la réserve. Ils doivent être tenus en laisse sur la plage.  Il est impératif pour les promeneurs de rester sur les sentiers.

 

HISTOIRE DU PLATIER :

Issu du comblement de l’estuaire de l’Aa, qui remontait jusque Saint-Omer, le polder du platier (terrain plat) s’est formé relativement récemment; il y a une centaine d’années; et de manière quasi naturelle. Né de bancs sableux et de digues bâties entre 1773 (digue Taaf) et 1925 (digue 1925), il est à l’abri – tout relatif – derrière les dunes littorales.

Au 20ème siècle, Oye-Plage devient le lieu de villégiature des touristes venus profiter des bains de mer, du casino et de la chasse.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, le littoral est occupé par les allemands. Ils y construisent des blockhaus sur les dunes et fortifient l’estran avec de nombreuses défenses de plage. L’accès devient interdit à quiconque. C’est à cette époque que la Tour Penchée est construite ainsi que le mur antichar dont il reste des traces à l’abri cotier.

100_1485

100_1523

Plus tard, dans les années 1970, le Platier fut drainé et partiellement asséché en vue d’un projet immobilier d’environ 1 000 logements. Seule la première tranche de 150 logements fut réalisée, avant la rétrocession des terrains au Conservatoire du littoral. Il s’agit du quartier Les Ecardines.

Depuis 1987, des vaches et des poneys de race écossaise, des montagnes Highland pâturent les prairies humides et maintiennent l’herbe rase. Cela permet une plus grande variété botanique et facilite la nidification du vanneau huppé.

P1060433

La réserve naturelle du Platier d’Oye est jumelée avec deux réserves européennes : le Zwanenwater aux Pays-Bas au nord d’Amsterdam et Titchwell en Grande-Bretagne dans le Norfolk. Des contacts ont été établis entre les guides-nature de Oye-Plage, la commune de Oye-Plage et deux communes du Kent en Grande- Bretagne : Capel le Ferne (d’ailleurs jumelée avec Oye-Plaqe) et Sandwich Bay aux sites naturels remarquables.

L‘association des guides-nature d’Oye-Plage existe depuis 1984. Elle propose au public des visites du Platier d’Oye et de différents sites naturels de la région. Elle organise aussi le nettoyage de la plage le premier week-end du printemps.

Entre 2012 et 2014, de nombreux aménagements ont été réalisés afin notamment de permettre aux personnes à mobilité réduite de profiter du Platier d’Oye et de ses observatoires.

Exemples d’aménagements : un plan incliné permet l’accès à la plage des Ecardines, l’obervatoire au parking de la maison dans la dune est reconstruit et permet aux poussettes et fauteuils roulants d’y accéder…

IMG_7712

IMG_7685

Avec une altitude maximum de 2 mètres au-dessus du niveau marin, les grandes marées peuvent l’atteindre. En 1953, suite à une tempête, il fut même recouvert par près de 75 cm d’eau salée. Fréquemment, les pluies hivernales rehaussent le niveau de la nappe phréatique. Cette interface, s’exprime d’Ouest en Est par un gradient de salinité croissant. Celui-ci a permis à une flore et une faune diversifiées de croître et de se développer, mais c’est surtout l’avifaune qui, au premier abord, retient l’attention.

FAUNE ET FLORE :

La réserve naturelle du Platier d’Oye est la première zone d’alimentation sur la côte Manche/Mer du Nord rencontrée par les migrateurs en route pour leurs quartiers d’hiver.

En toutes saisons, des limicoles et des anatidés sont présents en plus ou moins grand nombre sur l’ensemble des milieux humides de la réserve naturelle. Les laridés ne sont pas en reste, avec une présence permanente, qui s’intensifie lors de la période de nidification, avec une belle colonie de Mouettes rieuses et de Mouettes mélanocéphales. C’est en hiver que l’on a le plus de chance de rencontrer Linottes à bec jaune, Bruants des neiges et Alouettes hausse-cols.

Le Platier d’Oye est sans conteste l’un des premiers joyaux ornithologiques du département du Pas-de-Calais. L’intérêt du site réside dans une avifaune nicheuse, migratrice et hivernante exceptionnelle. On y dénombre plus de 200 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles l’avocette élégante, le chevalier gambette, le fuligule morillon, le busard des roseaux et le grand gravelot.  La nidification occasionnelle d’espèces connues comme le hibou des marais en fait un site d’intérêt national. Le Platier d’Oye est un lieu privilégié de passage de nombreuses espèces, telles que la spatule blanche, et un site d’hivernage pour de nombreux passereaux nordiques (bruant des neiges, alouette hausse-col ou linotte à bec jaune). Les milieux très variés du platier d’Oye offrent une flore et une végétation intéressantes : l’on peut y rencontrer notamment l’orchis pyramidal, la cochléaire officinale, le panicaut maritime et la pensée de Curtis. La mise en place d’un pâturage composé de vaches et poneys Highland permet de maintenir une pelouse rase propice à certaines espèces d’oiseaux. Le modelage de plans d’eau en pente douce a favorisé le stationnement de nombreuses espèces de canards.

En savoir plus :

tourisme_platier-2

– sur la faune : http://platier.free.fr/faune.php

– sur la flore : http://platier.free.fr/flore.php

EROSION DE LA DUNE :

Des pieux ont été plantés sur le bord de mer. Devant les Ecardines, ces pieux doivent limiter l’érosion de la dune. Ils freinent l’action des vagues et favorisent l’engraissement de la plage. En raison d’une érosion importante ces dernières années, des blockhaus se trouvent sur la plage.

548319_495499957209990_1142276564_n

DSC04754

LES MOULES DE BOUCHOTS A OYE-PLAGE

Les pieux ou bouchots plantés dans la baie de l’Abri côtier sont un élevage de moules.

VISITER LE PLATIER D’OYE :

Le premier dimanche du mois à 9h30, l’association des Guides Nature vous donne rendez vous au parking de l’observatoire, route des dunes à Oye-Plage, à 200 m de la Tour Penchée. (A partir de I’A16, prendre Ici sortie 21. Dans la ville, suivre les panneaux « réserve naturelle »).

Une participation de 3 € est demandée par adulte, la visite étant gratuite pour les enfants. Les jumelles sont conseillées, de nombreuses espèces d’oiseaux sont visibles des différents observatoires. L’observatoire, route des dunes, est accessible aux personnes handicapées. Se munir de bottes l’hiver. Pour les visites guidées de groupes, téléphonez au 03.21.36.13.82.

Sentier de randonnée : Sentier du Platier d’Oye

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100