Et si votre sapin servait à renforcer le cordon dunaire ?

Et si votre sapin servait à renforcer le cordon dunaire ?

L’expérience se pratique déjà à Capbreton, dans les Landes, alors pourquoi pas chez nous ? Toujours à l’affût de solutions pour renforcer le cordon dunaire, la communauté de communes de la région d’Audruicq (CCRA) vous invite à participer en donnant votre sapin, en partenariat avec six déchetteries du Calaisis.

1 – Pourquoi innover en matière de renforcement du cordon dunaire ?

Le cordon dunaire de Oye-Plage, long de 11 km, est fragile, particulièrement au niveau du blockhaus des Escardines, frappé par l’érosion. Il recule. Depuis les années 2000, la communauté de communes de la région d’Audruicq mène des travaux expérimentaux pour le protéger et le renforcer. Pieux, filets coco, casiers servant de pièges à sable, ganivelles (clôtures formées par l’assemblage de lattes de bois, NDLR) ont jusqu’à présent été installés. Mais ce système a montré ses limites : comme le cordon dunaire recule, les casiers se retrouvent sur l’estran. Quant aux ganivelles, elles sont coûteuses, trop rigides, ne résistent pas à la tempête (d’où leur retrait entre octobre et le printemps) et leurs fils de fer sont régulièrement sectionnés par des personnes mal intentionnées. Or l’enjeu est bien de fixer le sable. Autre moyen qui sera testé : les fascines ou fagots de bois de noisetier, « récolté » depuis trois semaines par les Ateliers de la Citoyenneté dans la forêt de Boulogne. Ces fagots seront déposés en pied de dune tous les 20 mètres pour retenir le sable.

2 – Pourquoi avec des sapins de Noël ?

Les sapins de Noël, 100 % naturels bien entendu (sans peinture, neige artificielle, ni décorations), seront non pas plantés, mais coupés en deux dans le sens de la longueur, couchés en pied de dune, dans des endroits en pente pour permettre leur stabilité. Les branchages du sapin serviront de pièges à sable, or plus on accumule le sable, plus on retarde l’érosion. Ils seront placés en priorité derrière le blockhaus. La longueur du périmètre dépendra bien sûr du nombre de sapins récoltés : c’est là la grande inconnue pour la communauté de communes de la Région d’Audruicq (CCRA). La ville de Capbreton et le village d’Ondres dans les Landes ont mené la même expérience il y a quelques années, avec des résultats positifs. La communauté de communes, conseillée par Marie-Hélène Ruz, enseignante-chercheuse à l’Université du Littoral Côte d’Opale – qui connaît bien la situation locale et mène le projet Quel littoral pour demain ? –, a décidé de tenter l’expérience en en espérant les mêmes effets. Les sapins seront posés par les Ateliers de la Citoyenneté, association d’insertion, début février, avec l’appui d’Eden 62 et des services techniques de Oye-Plage.

3 – Pourquoi participer ?

L’opération « Mon sapin dans la dune » a un double aspect écologique : outre le renforcement du cordon dunaire, elle permet de donner une seconde vie à son sapin de Noël, après sa vie de décoration pour les fêtes.

4 – Comment participer ?

Deux possibilités : la collecte en porte-à-porte et la déchetterie. Le porte-à-porte concerne les communes de la CCRA, et se déroulera du 7 au 11 janvier, en partenariat avec Opale Environnement. La collecte des sapins se déroulera en même temps que celle des déchets verts. L’opération dépasse toutefois les frontières de la CCRA : les habitants du Calaisis pourront déposer leur sapin dans six des huit déchetteries du SEVADEC, partenaire, entre le 2 et le 20 janvier. Il s’agit des déchetteries de Calais Épinal, Calais Monod, Guînes, Audruicq, Oye-Plage et Peuplingues. Celles de Licques et de Louches ne participent pas : étant plus petites, la quantité de sapins attendue serait insuffisante pour rentabiliser un déplacement des services de la CCRA. Des bennes dédiées seront mises à disposition des usagers.